La Démocratie ou le Régime du Consentement


Qu’il s’agisse d’une tentative de coup d’État ou non, l’attaque du Capitole (en janvier 2021 aux Etats-Unis) a révélé le mécontentement d’une partie de la population américaine qui avait la sensation d’être manipulée. Et plus encore le non-consentement à la loi d’une partie de la population. Comment éviter que de telles attaques contre la démocratie ne se multiplient ?

L’ouvrage Collective Wisdom, Principles and Mechanisms apporte une réponse claire à cette question.

Plus de démocratie, pour moins de populisme ou les vertus de la délibération

Selon Hélène Landemore et Adrian Vermeule, il faut absolument mettre en place des institutions démocratiques qui favorisent l’expression politique des citoyens et le débat d’idées.

Dans son article sur les mécanismes de l’intelligence collective, Hélène Landemore souligne bien les trois vertus de la délibération:

– Élargir les flux d’idées et d’informations

– Permettre de faire le tri entre les bons et les mauvais arguments

– Et enfin, parvenir à un consensus sur les meilleures solutions ou les solutions les plus raisonnables.

 

Afin d’illustrer son propos, Hélène Landemore mentionne le film Douze hommes en colère.

Ce film raconte l’histoire de douze hommes invités à former le jury d’un procès criminel. Ils doivent statuer à l’unanimité sur le sort d’un jeune homme accusé de parricide. S’il est déclaré coupable, la chaise électrique sera la sentence. S’il est déclaré innocent, il sera libre.

Alors que tous les jurés semblaient d’accord pour condamner l’accusé, le juré numéro 8 émet un doute sur sa culpabilité et invite les jurés à discuter tous ensemble de l’accusation. Et ainsi, au terme d’une longue journée de délibérations, les jurés se mettent d’accord pour innocenter le jeune homme.

Le juré numéro 8, en encourageant chacun à prendre la parole, a favorisé l’émergence d’une sagesse collective.

 

On le voit bien, le débat a donc une fonction cathartique. Il permet de freiner les passions des hommes et des femmes et de modérer leur pensée.

En démocratie, il faut que les institutions agissent comme le juré numéro 8 et encourage les citoyens à s’exprimer et à débattre pour modérer leur jugement.

 

Transformer la démocratie

Adrian Vermeule propose d’instaurer une série de réformes institutionnelles et juridiques permettant aux citoyens de s’exprimer davantage.

Selon lui c’est en donnant aux citoyens la possibilité de s’exprimer régulièrement que l’on parviendra à limiter les attaques contre la démocratie car il sera possible d’exprimer son mécontentement par la voie démocratique.

Le juriste américain estime d’ailleurs que c’est en prenant en compte les différents points de vue des citoyens, y compris ceux des plus radicaux, que l’on parviendra à maximiser la qualité des lois.

 

Il propose donc d’associer les citoyens à la prise de décision démocratique grâce à deux mesures essentielles :

– Augmenter le nombre de représentants au parlement

– Diversifier la composition du congrès.

En d’autres termes, il insiste sur la nécessité d’avoir plus de représentants et des représentants ayant des points de vue tout à fait différents.

Afin d’illustrer son propos, Adrian Vermeule nous livre des chiffres clefs : en 1792, le congrès américain était composé d’un représentant pour 30.000 citoyens, aujourd’hui on compte seulement un représentant pour 600.000 citoyens.

Comment une seule personne élue pourrait-elle représenter 600.000 citoyens ?

Pour Adrian Vermeule, c’est tout à fait impossible. Il convient alors d’augmenter le nombre de représentants pour mieux prendre en compte les intérêts des citoyens.  Il milite donc pour une assemblée nombreuse plus à même de prendre en compte la diversité des opinions.

*

En conclusion, les institutions démocratiques devraient donc viser -selon les auteurs- deux objectifs : favoriser l’expression politique des citoyens et les encourager à débattre. Si ces conditions sont remplies, alors les attaques contre la démocratie se feront de plus en plus rares car les citoyens mécontents pourront s’exprimer par la voie démocratique.

 

« Democratic reason: The Mechanisms of Collective Intelligence » par Hélène Landemore ;

« Collective Wisdom and Institutional Design » par Adrian Vermeule in Collective Wisdom, Principles and Mechanisms (dir. Hélène Landemore et Jon Elster).

Politiste franco-américaine, Hélène Landemore est maitresse de conférences à l’université de Yale.

Juriste américain, Adrian Vermeule est professeur de droit à la Harvard Law School.


Retour haut de page