Démocratie Directe et Immigration


La démocratie directe permet-elle d’intégrer les migrants plus rapidement ? Autrement dit, est-ce que le recours à la démocratie directe encourage les populations immigrées à voter davantage ? C’est la question que se pose Anita Manatschal dans cet article de février 2021.

 

La démocratie directe : un accélérateur dintégration politique ?

Selon Anita Manatschal, la démocratie directe n’a pas pour vocation première de stimuler la participation électorale, elle permet plutôt de cibler les électeurs concernés par le référendum en question. Par exemple, un référendum sur la politique familiale peut naturellement moins concerner les célibataires mais mobiliser les couples … bref, une population directement concernée par la question. La démocratie directe agit donc comme un filtre permettant aux populations concernées par une loi ou une réforme de s’exprimer.

Dans son article, Anita Manatschal s’est intéressée à une partie bien spécifique de la population aux Etats-Unis : les immigrés et leurs descendants directs. De façon générale, elle constate que les citoyens d’origine immigrée votent moins que le reste de la population. Elle souligne également que plus une famille est installée aux États-Unis depuis longtemps, plus elle vote.

Au terme d’une étude comparative précise, Anita Manatschal montre que le recours à la démocratie directe augmente significativement la participation électorale des populations immigrées et accélère donc leur intégration politique.

Anita Manatschal prend ainsi l’exemple de la population hispanique. Elle y démontre que la démocratie directe a largement favorisé la participation électorale des citoyens d’origine hispanique qui viennent d’arriver sur le territoire américain.

 

Un effet intégrateur lié à l’habitude du vote des immigrés

L’effet intégrateur de la démocratie directe est d’autant plus important que les immigrés ont une forte conscience politique et une habitude de voter.

Ainsi, lorsqu’un immigré vient d’un pays où l’on vote régulièrement, la démocratie directe stimule sa propension à voter.

En revanche, lorsqu’un immigré vient d’un pays dans lequel on ne vote pas (ou peu), l’effet intégrateur de la démocratie directe ne fonctionne pas.

*

En conclusion, pour les populations immigrées venant de pays où l’on vote, la démocratie directeest un véritable accélérateur d’intégration.

 

« The integrative force of political institutions? Direct democracy and voter turnout across ethnic and nativity group » in Comparative Migration Studies  

Anita Manatschal

Spécialiste des politiques migratoires, Anita Manatschal est professeur à l’université de Neuchâtel en Suisse. Elle travaille sur des sujets variés, comme les politiques d’intégration, l’engagement politique des migrants ou encore l’impact de l’immigration sur les démocraties occidentales.


Retour haut de page